TERMINUS RADIEUX" Exposition de photographies - L'ART SE DÉVOILE - Château Chalon (39210) - 31 mai, 1° & 2 juin 2019 14 - 18 Vosges & Argonne
  Quand nous partons, nous ne sommes que de vulgaires soldats, maussades ou de bonne humeur et, quand nous arrivons dans la zone où commence le front, nous sommes devenus des hommes-bêtes.
Erich Maria Remarque. (A l'ouest rien de nouveau).
 

Ce conflit qui éclata le 28 juillet 1914 aura été le premier à être considéré comme une guerre totale et qui a atteint une intensité et une échelle jusqu'alors inconnues.

L'armistice du 11 novembre 1918 mit fin aux combats mais le traité de paix ne fut signé à Versailles que le 28 juin 1919 et promulgué plus tardivement encore, le 10 janvier 1920. Plus de 60 millions de soldats y ont pris part, près de 10 millions y sont morts et 20 millions y furent blessés, parfois défigurés ou handicapés à jamais. D'abord une guerre offensive, elle se transforma très rapidement en guerre de position.

Combats sans fin d'assauts à la baïonnette, précédés par les tirs de barrage meurtriers de l'artillerie, de prises de tranchées et de points stratégiques, qu'on reperdait le lendemain, absurdité que chacun constatait mais une évidence impossible à clamer. Conditions de vie, faudrait-il plutôt dire de survie, où chaque minute gagnée était vécue comme un « miracle ».


Le démantèlement des Empires eut des conséquences désastreuses dont nous ressentons encore aujourd'hui les effets. Les lieux de mémoires sont très nombreux; des Vosges au Pas de Calais, les zones de combat ont été très vite, bien avant la fin de la guerre, inscrites dans les circuits touristiques : 30 Guides Michelin « Champs de bataille », publiés entre 1917 et 1930 pour certains réédités à l'occasion de la commémoration du centième anniversaire de la Grande (!?) Guerre …

Top