TERMINUS RADIEUX" Exposition de photographies - L'ART SE DÉVOILE - Château Chalon (39210) - 31 mai, 1° & 2 juin 2019 A la recherche d'Henri Mouhot
À LA RECHERCHE DE HENRI MOUHOT
 
"Nous mîmes une journée entière à parcourir ces lieux, et nous marchions de merveille en merveille, dans un état d'extase toujours grandissante.
Ah ! Que n'ai-je été doué de la plume d'un Chateaubriand ou d'un Lamartine, ou du pinceau d'un Claude Lorrain, pour faire connaître aux amis des arts combien sont belles et grandioses ces ruines peut-être incomparable, seuls vestiges, malheureusement, d'un peuple qui n'est plus et dont le nom même, comme celui des grands hommes, artistes et souverains qui l'ont illustré, restera probablement toujours enfoui sous la poussière et les décombres !"
 
Henri Mouhot - Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos et autres parties centrales de l'Indochine



L'HISTOIRE
 

Pendant l'hiver 1998, nous avions posé nos sacs pour quelques jours à Vientiane au Laos. Yves, amateur et connaisseur de la littérature de voyage du XIXème siècle nous engagea à aller nous recueillir sur la tombe d'un certain Henri Mouhot; c'est là que cet illustre inconnu est entré dans mon existence, non pas par effraction mais parce qu'il faisait partie de ce voyage.
Notre périple continua vers le nord, en route pour la province du Yunnan en Chine où j'avais encore beaucoup à faire. Nous fîmes étape à Luang Prabang, ville temple au bord du Mékong et ancienne capitale royale où, à l'époque, Henri Mouhot fut reçu par le roi.
Nos nombreuses balades nous conduisirent bien évidemment à Ban Phanom, village taï lue, connu pour ses soieries et ses cotonnades; à peine a-t-on quitté le village qu'il ne reste plus qu'à suivre un fléchage indiquant la direction du cénotaphe.

 Dernier hommage :
« La ville de Montbéliard, fière de son enfant »

Quelques prises de vue dans cette "mauvaise" lumière d'un début d'après-midi tropical, mais déjà naissait le désir d'en savoir plus et d'établir une plus grande complicité avec ce personnage hors du commun, enterré là, au milieu de nulle part, à l'autre bout de notre monde.
Depuis cette rencontre improbable à l'hiver 98, je me suis engagé dans un véritable travail de recherche qui a pris, au fil des années, la forme d'un projet : ... à la recherche d'Henri Mouhot destiné à reconstituer au plus près l'itinéraire de Mouhot, de Montbéliard au Laos.
Et, grâce à la ville natale de notre voyageur, c'est enfin en avril 2010 que je m'envolai pour Bangkok en Thaïlande avec comme livre de chevet une réédition de la relation de voyage éditée la première fois en 1863 (Voyage dans les Royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos et autres parties centrales de l'Indo-Chine.Arléa-Paris-2010)
Se mettre dans les pas d'un explorateur c'est aussi, un peu, se glisser dans sa peau et surtout dans sa tête. En ce qui me concerne ce ne fut pas trop difficile puisque très tôt j'ai été touché par le virus du voyage. Quel en était le vecteur ? Ça, je n'en sais fichtre rien. Qu'on ne s'inquiète pas, ce n'est pas une maladie dangereuse pour peu qu'on reste vigilant.
Cela lui avait pris trois ans et coûté la vie ... Je n'avais qu'un peu plus de deux mois pour lui emboîter le pas et, 150 ans plus tard, dresser un état des lieux. Ma connaissance des pays et des lieux à visiter était certes un sérieux avantage mais, à vrai dire, je n'eus pas vraiment le temps de baguenauder ...
Plongeant dans la touffeur polluée de la capitale thaïlandaise cosmopolite et bruyante, déambulant dans les vestiges des anciennes cités du royaume de Siam à Ayuthaya et Lopburi, gravissant des montagnes et traversant des forêts en empruntant parfois des pistes de latérite poussiéreuses ou bien en naviguant sur les grands fleuves dociles, je m'attachais à suivre le plus fidèlement possible l'itinéraire de mon prédécesseur. M'émerveillant de me retrouver de jour en jour plus proche de lui en redécouvrant par exemple les splendeurs d'Angkor ou bien en prenant des voies de traverse qu'il aurait aussi empruntées s'il en avait eu connaissance ou s'il était passé beaucoup plus tard.
Le pèlerinage asiatique a été accompli. En toile de fond subsiste néanmoins une très grande zone d'ombre : qu'avait fait Henri Mouhot avant son départ pour Bangkok le 27 avril 1858 ? ... Où était-il allé ? ... La Russie et les Pays-Bas, on le sait, mais comment ? ... Photographe on le sait aussi, mais où sont passés les daguerréotypes ? ... Enfin, quid des originaux de ses notes de voyage et de ses collections ?
... L'aventure continue ...

 
L'AVENIR EDITORIAL

Pendant ce périple en Asie du sud-est, une exposition, "Voyages", se tenait au musée du Château des Ducs de Würtemberg de Montbéliard et le blog que je nourrissais au jour le jour alimentait un power point installé non loin du buste de Mouhot.
Mais ce projet devait aller au delà de la simple chronique voyageuse et aurait dû se concrétiser par l'édition d'un livre.

De contretemps en malentendus ce projet éditorial est toujours en attente; là aussi, l'aventure continue ...

 
Un grand merci à Paul Royer pour le travail déjà accompli, la maquette et sa patience !

Si la perspective d'une concrétisation intéresse un éditeur, qu'il n'hésite surtout pas à prendre contact avec moi.

 
 
La rencontre avec des peuples étrangers dans leurs propres cultures est une fenêtre ouverte sur nos capacités à assumer, ou non, nos différences.
 
Christian Simon
Top